P
E
R
C
U
S
S
I
O
N
S

D
U

M
O
N
D
E
Il y a 40 000 ans, l’homo sapiens commence à évoluer de façon remarquable : Les communautés se développent, les outils s’éllaborent, la vie se peint sur les murs des cavernes.

Origines - En Europe

Origines des percussions :

C’est à cette époque que les instruments apparaissent. Il s'agit de percussions dont le bruit est produit par deux objets, de même matière ou de matières différentes, qui sont frappées, frottées…

Il est vraisemblable que les premiers rythmes aient été constitués de bruits émis par le corps lui même (tapements de mains ou de pieds par exemple) avant que, la fabrication des outils aidant, naissent les percussions en métal ou en bois

Ces instruments sont pleins ou creux, on les frappe, on les frotte entre eux, on les gratte ou encore on les secoue… Leur son accompagnait probablement des cérémonies et rythmaient les premiers chants dont les paroles étaient faites de grognements de cris et de syllabes (cf. la parole).

La musique, et notamment le son des percussions, semble toujours avoir été liée au sacré. La première "preuve" concrète date de 15 000 ans avant J.C. : il s'agit du "sorcier de la grotte des 3 frères" (France-Ariège). Ce dessin sur la paroi d'une grotte représente un musicien vêtu d'une peau de bête, jouant d'un instrument qui ressemble à un arc musical, très proche du "Bérimbao" Angolais.

C'est probablement vers la fin du mésolithique (2700 avant J.C.), et après avoir développé l'élevage, que l'homme découvre le tambour (les percussions à membrane).
Simple cadre de bois avec une peau tendue, les premières représentations dont nous disposons datent de 2200 avant J.C.

D’où vient le djembé ?

Même les plus grands spécialistes avouent leur incertitude.

La théorie la plus répandue veut que le djembe soit né dans la région de Kayes, au Mali.

Moins scientifiques, plus ensorcelantes, de nombreuses légendes entourent les origines de cet instrument mythique. Selon l’une d’elles, le djembe appartenait aux singes. Mais les hommes le leur ont volé. Depuis, les singes se tapent sur la poitrine…