P
E
R
C
U
S
S
I
O
N
S

E
N

M
E
T
A
L

O
U

E
N

B
O
I
S
Les percussions en métal ou en bois, ou idiophones, sont fabriqués dans un matériau naturellement sonore dont la résonance est produite de différentes manières : en les frappant, en les secouant, en les entrechoquant, en les frottant, grattant, pinçant…
C'est sans doute l'un des instruments les plus anciens : il est apparu lorsque l'homme a entrechoqué des bâtons ou des pierres…
L'homme a, depuis, perfectionné les percussions pour créer des cloches, grelots, xylophones et autres hochets…
les percus pilonnantes

On fait résonner les percussions pilonnantes en les tapant sur une surface dure - généralement le sol.

Les chaussures à claquettes entrent donc dans cette catégorie (mais aussi les sabots utilisés dans bien des traditions), comme tous les pilons fabriqués dans un bois creux ou un bambou (utilisés en Australie, Océanie, Afrique, Amérique du Sud)… La percussion pilonnante est parfois un simple bâton, ou une lance, frappé en rythme sur le sol.



les percus pilonnées

Dans le cas des percussions pilonnées, le son est produit par l'objet frappé : simple terre battue ou planches placée sur le sol, éventuellement au dessus d'une fosse pour amplifier le son.



les percus secouées

Parmi les percussions secoués, les hochets sont parfois de simples produits naturels, comme les cosses de graines utilisées en Australie. Mais ils prennent généralement des formes très travaillées : fabriqués en bois, argile, métal, osier tressés ou encore en peau, ils sont creux et emplis de graines ou de billes (d'argile par exemples)

Une variante est proposée avec les instruments composés de rondelles métalliques résonnantes qui coulissent sur des tiges et s'entrechoquent lorsque l'instrument est secoué.

Les percussions secouées peuvent aussi être des sonnailles, composées de petits objets ou grelots rassemblés… et souvent attachés sur les vêtements ou le corps même des danseurs .



les percus frappées

Les percussions frappées peuvent prendre de très nombreux aspects : cloches à battants ou cloches frappées, gongs, récipients divers (par exemple des verres ou bouteilles plus ou moins remplis d'eau), mais aussi xylophones, lithophones (on frappe sur des pierres résonnantes) ou encore métallophones (on frappe sur des lames métalliques, et non en bois comme dans le cas du xylophone).



les percus entrechoquées

Cymbales, castagnettes ou simples claquettes sont des percussions entrechoquées : toutes vont par paires, et produisent du son lorsque elles sont frappées l'une contre l'autre.

Les claquettes, connues depuis l'antiquité, sont généralement de bois, mais peuvent aussi être en os, en bambou, en ivoire… ou en métal lorsqu'il s'agit de deux cuillères !



les percus pincées

Gimbardes et autres sanzas font partie de la famille des percussions pincées.

La guimbarde est composée d'une languette flexible, en métal ou en bambou, placée sur un cadre. On en joue en plaçant l'instrument dans la bouche, qui fait caisse de résonance, et en pinçant l'extrémité de la languette pour la faire vibrer.

La sanza, elle, se compose de plusieurs languettes placées côté à côté et fixées par une barre transversale sur une planche ou une "boîte" qui sert de résonateur. L'extrémité des languettes peut être pincée avec les pouces, d'où le nom de "piano à pouce" qu'elle porte parfois.

Si la guimbarde se retrouve sur différents continents, la sanza est, elle, africaine.



les percuss frottées

Les percussions frottées, ou percussion à friction, vont des simples objets frottés l'un conte l'autre (coquillages, os, pierres, morceaux de bois selon les pays) à la scie musicale, en passant par les verres à pied dont on frotte le bord du bout du doigt humide - vous avez sûrement déjà essayé.

Ces différents instruments produisent une très large variété de sons selon leur forme et leur matière.



les percus grattées

Les percussions grattées, ou racles produisent du son par le frottement d'un objet sur un instrument garni d'encoches. Les racles primitives, en bois ou en os, se retrouvent dans de nombreux pays.

Les racles les plus "évoluées" sont les crécelles ou la planche à laver, très en vogue dans les années 50, frottée avec une baguette ou les doigts aux bouts desquels on plaçait des dés métalliques.