Qu'est-ce que le Rythme ?

Pour aborder le rythme, il nous faut avant tout définir le "Bruit".

Contrairement à une note qui produit essentiellement une seule fréquence ou vibration, le bruit est une explosion.
C'est comme si des milliers de notes étaient jouées en même temps et pour l'illustrer, appuyez simultanément sur toutes les touches d'un clavier.

Le bruit est le son que nous produisons en frappant ou en frottant 1 seule fois deux objets. (Principes des percussions à membranes, Principes des percussions en métal ou en bois).

Parmis les bruits les plus primitifs que nous produisons, il y a les claquements de mains et les battements de pieds et, bien entendu, les syllabes qui forment la parole, et dont la plus naturelle est le cri.

A présent, tapons plusieurs fois dans nos mains en attendant toujours le même laps de temps entre les bruits : nous obtenons un Rythme.

Mains     Temps
Ta Ta Ta Ta Ta  


Prenons 2 bruits différents, un claquement de mains et la frappe du pied sur le sol et recommençons l'exercice précédent en insérant dans l'espace le battement du pied : nous obtenons une Polyrythmie particulière, plus communément appelée "Rythme à 2 temps".


Mains Pieds     Temps
Ta Ti Ta Ti Ta Ti Ta  


Ce rythme binaire, nous le connaissons bien car c'est l'un des 3 premiers que nous distinguons : celui de notre propre cœur.
Les deux autres sont le cœur de notre mère (binaire) et sa respiration (ternaire).

En effet, l'oreille est le "capteur" qui se développe en premier, avant notre naissance (goût, toucher, odorat, vue), il nous permet de découvrir très tôt la notion de polyrythmie.

Nous avons tous le sens du rythme et nous nous en apercevons quand nous tapons sur un volant, le bord d'une table...
Malgré tout, bon nombre d'entre nous prétendent le contraire et constatent le sens du rythme chez les africains, les sud-américains...

Il nous semble que cela est essentiellement dû à la perte de l'écoute.

C'est pour cette raison que nous désirons que ce lieu soit aussi le vôtre, car hommes, femmes, jeunes et moins jeunes... danseurs ... musiciens ou pas encore, nous sommes tous concernés par le rythme.

Depuis plusieurs années, les plus jeunes nous signalent clairement ce besoin humain de s'exprimer et de dialoguer par ce biais, notamment par la pratique croissante et l'omniprésence du djembé dans notre entourage.

Comme nos partenaires, nous sommes convaincus que le respect des artistes et des auteurs, l'éducation et les échanges entre les cultures sont sources d'enrichissement, de compréhension mutuelle et de paix.